AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 NEEDY ♦ I'm not saying its your fault.

Aller en bas 
AuteurMessage
Needy Fitch-Méndez

avatar

NOMBRE DE MESSAGES : 140
DATE D'INSCRIPTION : 15/11/2009
PSEUDO : Paperback
JUKEBOX : ALEXANDRE DESPLAT ♦ Romeo and Juliet

CARNÉ DE ESTUDIANTE
carnet d'adresses:
nationalité: Anglaise

MessageSujet: NEEDY ♦ I'm not saying its your fault.   Jeu 19 Nov - 11:33


NEEDY ESTRELLA FITCH-MÉNDEZ
played by emma watson.
Nom, prénoms : Fitch-Médenz pour le nom de famille. Nom de famille composé. La première partie, c'est le père de Needy, un british complètement taré. La deuxième, c'est la mère, une espagnole un peu soumise. Ensuite, Needy, pour le prénom. Court, simple, mignon. Son deuxième prénom lui vient également de sa mère, Estrella. Ce qui veut dire étoile en espagnol.
Date & lieu de naissance : Needy a vu le jour pour la première fois à Madrid, le treize mai 1991. Cela lui fait aujourd'hui pile dix-huit ans.
Nationalité : À la fois Anglaise et Espagnole.

.
.

Elle trie pas ses dragibus, parce qu'il n'y a rien de plus ridicule ♦ Elle les mange direct, rouge jaune vert mélangés elle s'en fiche ♦ Elle n'aime pas dormir, soit disant c'est une perte de temps monumentale ♦ Mais elle dort quand même parce qu'elle n'aime pas être fatigué ♦ Elle aime la pluie (quand elle est à l'intérieur) ♦ Elle n'aime pas la pluie (quand elle est dessous).

    Autant vous le dire tout de suite, Needy n'a pas inventé le pop corn au micro-ondes, ah non, elle n'est pas assez futée pour ça... Si il fallait décrire N. en un mot, idiote serait le plus approprié. Ou cruche, niaise, innocente. Pas très perspicace, elle arrive cependant à se faire des amis partout grâce à sa tchatche incroyable et son don à soigner les malheurs, comme elle dit.

.
.

Pseudo & âge : Paperback. Cent sept ans, like Edward Cullen, it isn't nice?
Où as-tu connu le forum? : Est-ce une petite blagounette ?
Code du règlement please : Aha oho.
T'as le dernier mot. Vas-y, défoule-toi : C'EST INJUUSTE.

_________________

MEMORIES THAT REMAIN We made our way along the river and we sat down in the grass by the Eiffel Tower. I was so happy we had met, it was the age of no regret. (...) But underneath we had a fear of flying.


Dernière édition par Needy Fitch-Méndez le Lun 30 Nov - 13:48, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Needy Fitch-Méndez

avatar

NOMBRE DE MESSAGES : 140
DATE D'INSCRIPTION : 15/11/2009
PSEUDO : Paperback
JUKEBOX : ALEXANDRE DESPLAT ♦ Romeo and Juliet

CARNÉ DE ESTUDIANTE
carnet d'adresses:
nationalité: Anglaise

MessageSujet: Re: NEEDY ♦ I'm not saying its your fault.   Jeu 19 Nov - 11:35

Au lycée, tout le monde se moque de Needy Fitch-Méndez. Parce que c’est une véritable cruche sans cervelle, qui glousse sans arrêt. Et le pire, c’est que la concernée ne se rend pas compte qu’il y a des chuchotis sur son passage, ce qui la rend encore plus risible.
Néanmoins, personne n’a jamais fait remarquer son attitude à Needy. Parce qu’en réalité, les gens aiment bien Needy, malgré son côté très innocent. Pire, encore, elle a toute une foule d’amis. Needy, elle est d’une compagnie très agréable. Elle peut vous faire oublier tous vos soucis en trois noms deux adjectifs à peine. Elle est magique, Needy.
Il faut dire, aussi, qu’elle n’a pas la vie facile Needy. Son père est un tyran né, un vrai Louis XIV version anglais. Terrifiant. Avec lui, un pas de travers et c’est le bagne. La niaiserie est surement le meilleur moyen pour Needy d’échapper à tout ça. Surement.

Mais avant de partir dans de plus profonds détails de l'existence palpitante que mène N., petit flash back voulez-vous? Needy est née à Madrid, le treize mai, il y a aujourd'hui dix-huit ans de ça. À sa naissance, elle était déjà belle comme un cœur, même son père a été obligé de l'admettre. Très vite, elle s'est révélée être une personne très sympathique, quoique pas très perspicace. Avec elle, les phrases débiles c'est toute les deux minutes. Au bout d'un moment, on finit par oublier sa stupidité et on profite de sa gentillesse. Sur le plan scolaire, les parents de Needy n'ont jamais eu à se plaindre (son père a toujours cependant trouvé quelque chose pour la rabaisser, c'est un homme dur et intolérable). Elle connaissait toujours ses leçons sur le bout des doigts et avait des notes astronomiques. Son attitude en classe, cependant, a toujours été limite. Bavardages, rêvasseries, écrivaient ses professeurs. Oui, c'est tout Needy ça.

Son adolescence a été normale. Chagrins d'amours, on claque les portes, sorties avec les copines, on veut une augmentation d'argent de poche tous les weekend. Il y a cependant ce petit détail qui différencie son adolescence de celle de ses copines: son père battait sa mère. Cette dernière a tout fait pour protéger Needy et prenait tout les coups à sa place. Madame Médenz aime profondément sa fille, vous savez. Ainsi que son autre fille, bien entendu, Winnie. Ainée de la famille, Winnie n'a jamais été aussi modèle comme fille que sa cadette. Au contraire, très jeune elle a sombré dans les drogues et dans toutes ces choses illicites qui font que le père de Winnie a honte d'elle. Mais après tout, chacun son truc. Needy c'est la stupidité et Winnie la drogue. On s'en sort comme on peu.
En tous les cas, Needy et Winnie se sont toujours bien entendues. Oh bien sur, elles se sont quelques peu éloignées depuis que Winnie a commencé ses activités illicites, car madame ne veut pas d'aide de Needy. Et N. en souffre, bon Dieu qu'est-ce-qu'elle en souffre. Mais d'un côté, Winnie se sent un peu obligée de surveiller sa petite sœur. Alors que celle-ci avait à peine treize ans, marre d'être battue, Maman Méndez a fait ses bagages et a quitté Londres pour rejoindre sa ville natale. Bizarrement, le chef de famille, Mr Fitch, ne s'est pas vengé sur ses filles. Oh bien sur il les a toujours traitée comme si elles étaient des moins que rien, mais il a laissé la violence de côté.

Needy a donc à présent dix-huit ans, et pour les vacances de Pâques, elle travaille pour une petite libraire située dans le quartier français de Londres. Elle est charmante avec les clients, serviable, bien que très cruche sur les bords, mais elle a toujours été comme ça, n’est-ce pas ? Les cheveux rassemblés en une queue de cheval, elle est penchée sur un bloc note et dessine le portrait de sa mère quand elle était jeune. Un jeune homme à la chevelure cuivrée entra dans la boutique, salua Needy en anglais et fila au fond de la librairie. Il revint à peine deux secondes plus tard avec un livre de Shakespeare dans les mains. Classique. Il tendit sa carte bancaire à la jeune femme. Celle-ci fixa la carte avec ébahissement. Carlyle Reynolds. Pourquoi ce nom lui est-il si familier ? Le client s’impatienta et reprocha d’une voix qu’il essayait de rendre la plus polie possible : « Il y a un problème mademoiselle ? Je suis plutôt pressé. Rendez vous chez le médecin. » Une fois n’est pas coutume, Needy fit marcher son cerveau à toute allure et la réponse s’imposa soudain à elle, la frappant de plein fouet. L’espace d’un instant, elle redevint une adolescente serrant dans ses bras le "petit Carlyle", son meilleur ami, avant les grandes vacances. Voir qu’il mesurait aujourd’hui plus d’un mètre quatre vingt la fit rire intérieurement. Un grand sourire illumina son visage. « Mais t’as fini par grandir alors ! », ne put-elle s’empêcher de dire. Les yeux de Carlyle s’arrêtèrent soudain sur ceux de Needy. Lui aussi la connaissait. « Gosh, Needy, mais t’as pas pris un centimètre toi… » Ravie, elle lui adressa un sourire qu'il lui renvoya avec autant de joie. « Écoute, on devrait se voir un jour toi et moi, mais là vraiment j'ai pas le temps, médecin tu sais... » « J'ai une pause de deux heures tous les midis -douze heures, quatorze heures », dit-elle avec un empressement ridicule. Needy acquiesça et prit son livre ainsi que sa carte bancaire. Il lui adressa un au revoir de la main, comme il le faisait lorsqu'ils avaient encore treize ans.

« Et t'as des nouvelles de l'ancienne bande? Tu sais, Clyde, Muse et tout... » Carlyle et Needy étaient à présent assis à la terrasse d'un café de Kensington. Needy hocha tristement la tête. « Non, la dernière fois que j'ai vu Muse et Clyde, ils venaient de rompre. C'était ma faute, parce que Clyde et moi nous étions embrassés à son anniversaire, et je me suis engueulée avec Mumu à cause de ça. Ma meilleure amie, tu te rends compte? J'en ai voulu à Clyde. Je vois toujours Jaxson de temps en temps, mais il va aller en France en septembre, ça va devenir plus dur de se voir. » S'en suivi ensuite deux longues heures durant lesquelles ils se racontèrent ce qu'ils devenaient -leurs petites histoires quotidiennes, les années lycée bientôt terminées. Vers la fin de l'entrevue, Carlyle mit fin à la conversation en embrassant une Needy qui ne dit pas non.

Voilà dix minutes qu'elle regarde cette photo de leur couple, prise un an auparavant, qui ressemble si peu à celui qu'ils forment aujourd'hui. Le jour où il l'a embrassé pour la première fois lui semble si loin aujourd'hui.
Le mois dernier, Carlyle s'est installé chez Needy. Depuis, c'est...autre chose. Ce n'est plus comme avant. Il ne lui dit plus je t'aime, il ne la prend plus dans ses bras et ne l'embrasse que deux fois pas jour -pour bonjour et bonne nuit. Le côté innocent de Needy ne le fait plus rire. Au contraire, il l'irrite. L'agace. Petit à petit, Needy laisse Carlyle s'éloigner d'elle.

POURSUITE DU BONHEUR: RENDEZ-VOUS À MADRID. Dans toutes les langues qui existent. Du français au russe. Incroyable. Pour Needy, le bonheur, ce serait de... retrouver se mère, se rapprocher de Carlyle et entrer enfin à l'école de danse Bernadette X à Londres. En effet, Needy fait de la danse classique depuis qu'elle a quatre ans. Et elle est douée, elle est toujours devant pour la récitals. L'année dernière, quelqu'un de cette prestigieuse école l'a contactée. Mais son père a refusé. Selon lui, la danse ce n'est pas quelque chose qu'on fait quand on s'appelle Fitch-Médenz. Alors elle a continué de prendre des cours dans une petite école de danse à côté de chez elle. Ce n'est pas pareil, mais bon.
N'empêche, trouver le bonheur à Madrid. C'est quoi ce canular? Mais peut-être qu'elle devrait quand même en parler à Carlyle, après tout.

_________________

MEMORIES THAT REMAIN We made our way along the river and we sat down in the grass by the Eiffel Tower. I was so happy we had met, it was the age of no regret. (...) But underneath we had a fear of flying.


Dernière édition par Needy Fitch-Méndez le Lun 30 Nov - 13:49, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Winnie Fitch-Méndez
CORAZÓNAnd that's what make my life so fucking fantastic
avatar

NOMBRE DE MESSAGES : 154
DATE D'INSCRIPTION : 08/11/2009
PSEUDO : Cheeky (a)
JUKEBOX : TIMBALAND FEAT. MILEY CYRUS ♦ We belong to music

CARNÉ DE ESTUDIANTE
carnet d'adresses:
nationalité: anglaise (espagnole)

MessageSujet: Re: NEEDY ♦ I'm not saying its your fault.   Jeu 19 Nov - 16:06

    Yewaaaa. Oh le père qui bat j'adore, ça fait une raison à Winnie de se droguer (H)
    CECI DIT. J'AI LU TA FICHE ET J'AIME

_________________

SHE'S NOT BROKEN, SHE'S JUST A BABY Don't wanna kiss, don't wanna touch. Just smoke one cigarette more. Don't call my name. Don't call my name, Roberto. ©️ Unbreakable Heart , LJ

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://happiness-pursuit.motards.net
Needy Fitch-Méndez

avatar

NOMBRE DE MESSAGES : 140
DATE D'INSCRIPTION : 15/11/2009
PSEUDO : Paperback
JUKEBOX : ALEXANDRE DESPLAT ♦ Romeo and Juliet

CARNÉ DE ESTUDIANTE
carnet d'adresses:
nationalité: Anglaise

MessageSujet: Re: NEEDY ♦ I'm not saying its your fault.   Jeu 19 Nov - 20:20

    Ah oui, en fait j'ai écrit cette histoire y a très longtemps, enfin pas pour Needy à la base (imagine, j'ai du changer partout pour les prénoms xD) Mais si tout te va, on garde I love you
    MOI J'AI HÂTE DE VOIR TON TRAVAIL. ♥️

_________________

MEMORIES THAT REMAIN We made our way along the river and we sat down in the grass by the Eiffel Tower. I was so happy we had met, it was the age of no regret. (...) But underneath we had a fear of flying.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Winnie Fitch-Méndez
CORAZÓNAnd that's what make my life so fucking fantastic
avatar

NOMBRE DE MESSAGES : 154
DATE D'INSCRIPTION : 08/11/2009
PSEUDO : Cheeky (a)
JUKEBOX : TIMBALAND FEAT. MILEY CYRUS ♦ We belong to music

CARNÉ DE ESTUDIANTE
carnet d'adresses:
nationalité: anglaise (espagnole)

MessageSujet: Re: NEEDY ♦ I'm not saying its your fault.   Ven 20 Nov - 1:04

    YAAAY I love you

_________________

SHE'S NOT BROKEN, SHE'S JUST A BABY Don't wanna kiss, don't wanna touch. Just smoke one cigarette more. Don't call my name. Don't call my name, Roberto. ©️ Unbreakable Heart , LJ

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://happiness-pursuit.motards.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: NEEDY ♦ I'm not saying its your fault.   

Revenir en haut Aller en bas
 
NEEDY ♦ I'm not saying its your fault.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» sortie de peche ce jour
» Vallée de la Sensée (59), 09/12
» Bulletin municipal de janvier 2010
» la peche en mars 2011
» Ouverture de la truite pour Jean claude et pat89

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PURSUIT OF HAPPINESS :: CATCH ME IF YOU CAN :: INTRODUCE YOURSELF :: read and approved-
Sauter vers: